Divinity Original Sins 2

Divinity Original Sins 2

Après avoir largement déprécié le premier Divinity Original Sins (oui la Enhanced Edition) -et je pense être le seul dans ce cas, mais je ne m’étalerai pas sur ce point- c’est avec un peu d’appréhension que je me suis lancé dans le second volet.

De l’histoire et des choix

Alors que dans le premier volet on incarnait un Traque-Source dont le rôle était de traquer les personnes habitées par le pouvoir de la Source, cette fois-ci le traqué devient le chasseur car vous jouez un Ensourceleur se réveillant sur un bateau en route vers Fort Joie : une prison où sont casés tous les porteurs de la Source.

La première tâche sera donc d’échapper à cette prison de la manière dont vous voudrez (il y en a facilement 5-6) et accomplir votre destinée plus importante encore !

Des choix … vous en aurez à faire … de nombreux … Dès le début en fait : est-ce que vous ferez un personnage créer de toutes pièces ou bien vous choisirez un des personnages « préconstruits » que vous propose Larian ? La différence est que si vous prenez la deuxième solution vous vivre l’aventure avec les traits du héro, ses lignes de dialogues et son intrigue. Si vous optez pour la première, pas de panique vous pouvez recruter jusqu’à 3 personnages dit « Origine ». Vous pourrez leur parler, ils interagiront avec les PNJ mais … vous serez simplement spectateur de cette interaction : vous verrez le résultat du dialogue (quelques pièces d’or, la mort du PNJ, …) mais sans vraiment avoir une idée sur ce qu’il s’est dit.

Vous aurez ensuite le choix de prendre la classe que vous souhaitez avec les différents traits possibles … mais je ne vais pas m’étendre là-dessus, ça prendrait trop de temps (il m’a fallu 30 bonnes minutes pour créer mon héro car j’hésitais sur ses traits et ses caractéristiques). Bref vous avez une énorme possibilité de combinaison, lisez et choisissez bien.

Le monde

Le monde est rempli d’interactions, de discussions, de quêtes et moult d’autres choses. Plus vous explorer, plus vous aurez de choses à faire et votre journal de quêtes se remplira rapidement mais vous devrez vous débrouiller seul et l’exploration de fond en comble des zones sera de mise.

Qui dit large contenu dit également multiples résolutions : vous devez libérer un prisonnier ? Vous pouvez soudoyer le garde qui est devant la porte, accomplir une quête pour celui qui l’a mis en prison, crocheter la serrure… Fouinez partout et parlez à tout le monde, c’est le meilleur moyen d’en découvrir toujours plus.

Évidemment, il ne faut en aucun cas négligez les statistiques (Force – Intel – Constituion – etc), forcément on est dans un RPG, qui vous permettra de berner vos interlocuteurs et si ceux-ci ne tombent pas dans le panneau … il vous restera toujours l’option du combat qui se déroule au tour par tour.

Des combats de l’accessibilité

Les combats de Divinity se jouent au tour par tour (chaque antagoniste jouant les uns après les autres) où les combinaisons de sorts  pourront vous sortir de combats qui pourraient de base s’avérer tendu.s Trop d’ennemis vous chargent ? Mettez du poison par terre et mettez-y le feu, un mur de flammes infligera quelques dégâts bienvenus à ceux qui le traversent.

Les personnages en contrebas se prendront également 20% de dégâts en plus tandis qu’attaquer un ennemis en hauteur infligera 10% de dégâts en mois, jouez donc bien sur la verticalité des combats !

Au cours de votre aventure votre héro pourra apprendre énormément de sorts (presque 200) donc si vous souhaitez réorienter votre héro vers un autre type de gameplay vous pourrez le faire sans trop de problèmes. Personnalisation au max quand tu nous tiens 🙂

L’optimisation de votre groupe sera également un point primordial ; les adversaires disposent de 3 jauges, l’armure physique, l’armure magique et les points de vie. Ces derniers ne descendront que si l’une ou l’autre amure est détruite. Il faudra donc souvent varier les coups afin de faire fondre rapidement les deux jauges pour que vos effets de sort plus dévastateurs s’appliquent sur les cibles. Il y a tellement de possibilités de combat qu’il faut toujours persévérer jusqu’au bout même si d’emblée il ne semblait pas gagner d’avance.

Le jeu est également difficile et pas vraiment facile d’accès, vous devrez vous plonger dans l’univers pour l’apprécier totalement. Les quêtes foisonnent et le journal de quêtes ne vous sera pas toujours utiles dû au manque d’indication sur quoi faire. Il vous faudra être à l’écoute de tout ce qu’il se dit et accepter de parfois tourner en rond dans une zone pour dénicher toutes les infos requises… Un petit peu plus d’explication dans le journal des quêtes n’auraient pas été de refus …

La coopération, ça c’est bon

Vous lancez dans une telle aventure seul vous rebute ? Vous pouvez très bien y jouer en coopération en écran partagé en local ou bien jusqu’à 4 joueurs.

C’est personnellement l’option que j’ai choisie et jouer à deux est tellement plus marrant (rien que par le fait d’être en vocal) mais aussi la gestion parfois non attendue de certains événements fait que le fun est totalement au rendez-vous !

Et même pour des rôlistes

Et un bon petit plus de ce Divinity est qu’il propose un mode Maître du jeu : vous pourrez ainsi créer totalement votre campagne, invitez vos amis pour qu’ils y participent, ou bien importer celles faites par la communauté sur le Steam Workshop… Bref les possibilités de jeu sont tout simplement énormes !

Conclusion

Si le premier Divinity Original Sins ne vous avait pas plu, il y a des chances pour que ce deuxième volet ne soit pas à votre goût. Cependant, à deux (ou plus) à explorer calmement les zones, à tenter des choses … le jeu est bien plus marrant et on ne compte pas ses heures (déjà presque 20h). Disponible pour 45€ sur Steam (http://store.steampowered.com/app/435150/Divinity_Original_Sin_2/) ou Gog (https://www.gog.com/game/divinity_original_sin_2) vous en aurez pour facilement une centaine d’heures de jeu !

Ecrit par Wally

Créateur et animateur du podcast Geeksleague. Passionné de jeux de rôles, jeux vidéo, graphisme, robotique et de podcast, Je souhaite partager mes expériences et les dernières actualités geek avec vous. Twitter : @notwally

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *