[Test de jeu vidéo] Guacamelee

[Test de jeu vidéo] Guacamelee

Guacamelee est un jeu de plateforme doublé de beat them all en 2D développer par Drinkbox.

L’histoire se passe dans un Mexique bourré de second degré où l’on incarne Juan qui est un jeune catcheur, un peu attardé, mais qui grâce à un masque magique se voit devenir un véritable lutteur se lançant à la poursuite d’un squelette nommé Calaca qui a fait prisonnière la fille du maire de la ville.

Guacamelee_04

L’ambiance est vraiment loufoque et délirante et l’on pourra croiser une sorcière complètement névrosée, un gars à la tête en feu, un coq catcheur ou une chèvre professeur nous apprenant de nouveaux coups. Cette ambiance est renforcée par un style graphique très simpliste et carré (on pourrait dire que tout est fait sous illustrator) le tout rehausser de couleur flash qui peuvent exploser dans tous les sens lors de découverte de coup ou d’affrontement contre les boss… Épileptique s’abstenir !

Guacamelee_01

Le style de jeu peut être qualifié de métroïde vania, à savoir que l’on a une zone principale (le village natal du héros) et que toute l’histoire s’organise autour, les morceaux du monde se rajoutant par petit morceau, et pour accéder à ces différents niveaux vous devrez débloquer les pouvoirs de Juan afin de pouvoir vous rétrécir, sauter plus haut, vous accrocher aux murs, coups spéciaux pour détruire les murs, etc.

Le jeu est également basé sur la dimension Monde des vivants et Monde des morts, les deux mondes n’étant différent que par quelques petits détails, plateforme en plus ou en moins afin de pouvoir accéder à des passages secrets nous permettant d’augmenter notre vie.

Qui dit plateforme dit souvent recommencer les sauts pour les réussir au millimètre près, et souvent on se retrouve 5 min en arrière à Guacamelee_05refaire le chemin encore et encore… Et bien ici pas du tout, si vous raté un saut vous serez remis vivant juste avant celui-ci. Les combats sont vachement intéressant aussi, au début plutôt simples, la difficulté s’accroît relativement bien jusqu’à un certain point où vous devrez penser à alterner entre les deux mondes, car certains ennemis ne peuvent être attaqués que dans l’un des deux.

Pour résumé : une aventure soignée, une ambiance parfaite, un second (voir troisième) degré totalement assumé, de l’humour, un gameplay à la limite parfait et rajouter à ça la possibilité d’un mode coop.

Disponible pour 13 € sur Steam (en mode Gold, incluant les musiques du jeu), finissable en 6-8h je ne saurais que vous le recommander.

Ecrit par Wally

Créateur et animateur du podcast Geeksleague. Passionné de jeux de rôles, jeux vidéo, graphisme, robotique et de podcast, Je souhaite partager mes expériences et les dernières actualités geek avec vous. Twitter : @notwally

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *